Kevin Bacon's Canada

The very best in horse care

La tradition et l'innovation au
Canada

 Les Oligo-éléments:

Le sélénium (Se)

Le sélénium est un puissant antioxydant biologique. Son action biologique converge avec celle de la vitamine E et doit être proportionnelle à la richesse alimentaire en acides gras polyinsaturés (Oméga 3-6-9) des huiles végétales. Ces dernières constituent la majeure partie des membranes cellulaires et elles sont très sensibles à l’oxydation.

selenium

Le sélénium, avec la vitamine E, protège les cellules et notamment les globules rouges face aux risques d’hémolyses (destruction des globules rouges avec libération de l’hémoglobine dans le plasma).
Le sélénium est un composant de l’enzyme qui désintoxique les membranes cellulaires.
Le sélénium et la vitamine E préviennent les microhémorragies et les oedèmes des muscles, du foie, du pancréas.

Le sélénium contribue également à réduire les risques de claquage musculaire (coup de sang-rhabdomyolise).

Il intervient aussi dans les processus hormonaux liés à l’ossification, l’immunité et la reproduction.

Les besoins en sélénium sont de l’ordre de 0,1 à 0,2 milligramme en admettant que la ration contienne suffisamment de vitamine E et d’autres antioxydants par rapport à sa teneur en acides gras polyinsaturés.

Selenium2

Les carences sont provoquées par un fourrage issu des sols primaires et peuvent être amplifiées par un excès de soufre (pulpe de betterave trop pressés) ou par un excès de cuivre.

La concentration en sélénium des sols de l’est du Canada et de plusieurs états des Etats-Unis est basse en sélénium. Les plantes de ces sols en contiennent moins de 0,05 milligramme alors qu’on estime qu’un niveau adéquat est de 0,1 milligramme soit plus du double.
Des chevaux nourris au foin de pâturages avec ou sans grains et non supplémentés en sélénium risques une carence.

Par contre, au sud ouest des Etats-Unis, des plantes peuvent en contenir jusqu’à 50 milligrammes !
Il est impératif dans ces conditions de ne surtout pas supplémenter en sélénium et de varier l’origine de l’alimentation car les risques d’intoxication sont bien réels.

Besoins journaliers :

0,2 à 0,3 milligramme pour un cheval de selle de 500 kg à l’entretien.

Carence :

Myopathie aigue chez les chevaux de tout âge (dégénérescence musculaire sévère) qui peut-être remédiée dans la plupart des cas par une injection de vitamine E et de sélénium. Dystrophie musculaire (faiblesse progressive des muscles squelettiques), problèmes de reproduction chez la jument et l’étalon. Goitre hypothyroïdien.

Excès :

Le seuil de toxicité se situe vers 3 milligrammes soit 10 fois les besoins journaliers.
Perte de poids, sabots craquants, érosions des os longs, perte de poils de la crinière et de la queue.
Dans les cas extrême, le cheval devient aveugle, le taux de respiration et la vitesse des battements cardiaques augmentent et s’accompagnent en plus de diarrhées et de coliques.

Des cas de mortalité par empoisonnement au sélénium ont été recensés en Angleterre dans les années 90 du à un fourrage extrêmement riche en sélénium complété par un ajout de sel de sélénium dans la ration.

 

 

Copyright ©


Aucun contenu de ce site ne peux être utilisé sans la permission écrite de Kevin Bacon's Canada.
No content on this site can not be used without the written permission of Kevin Bacon's Canada.